Découvrir Charbuy

 

   Située dans la  partie occidentale de la Puisaye, Charbuy est une commune de l’Yonne, à  une dizaine de kilomètres à l’ouest d’Auxerre. Administrativement, elle fait partie de la Communauté de l’ Auxerrois et du canton Auxerre nord-ouest. Elle compte 1792 habitants. 

  La commune couvre une surface de 2340 hectares dont l’altitude varie de 130 à 214 m. C’est  un pays de bocage verdoyant, légèrement vallonné, avec des prairies, des cultures diverses, des forêts  (une bonne partie  est propriété communale) et  une vingtaine d’étangs, dont un étang communal. De nombreux chemins, l’ancienne voie du chemin de fer, le tacot, devenue une coulée verte,  le GR 13   , sillonnent le territoire communal, pour le grand bonheur des marcheurs. 

  Charbuy comporte 17 hameaux différents, autrefois relativement espacés les uns des autres – ce qui explique les nombreux kilomètres de voies que compte la commune -. Aujourd’hui, les plans successifs d’urbanisme ont facilité la construction de maisons nouvelles  et  modifié cette structure morcelée ; mais on ne peut toujours pas définir un « centre-ville ». La Mairie-école (classes du primaire), le château du Rosaire  (école maternelle, école de musique), la Place Saint Médard et l’église Saint Médard constituent un ensemble, tandis que la Grande Rue et ses abords desservent  commerces et  services. 

   La présence humaine à Charbuy est attestée depuis la Préhistoire (découverte de matériel lithique et de céramique). 

  Des traces de l’époque gallo-romaine  ont également été retrouvées (cercueils de pierre, fragments de tuiles et de poteries, monnaies romaines) Depuis la fin du VIIème siècle, l’existence d’une paroisse  à Charbuy est attestée en toute certitude. Fief des évêques d’Auxerre, la plupart des données sur l’histoire ancienne de Charbuy proviennent  des  biographies des différents évêques qui se sont succédés dans le diocèse. 

   La commune, telle que nous la connaissons aujourd’hui, date du 28 février 1790, lorsque disparurent les différentes justices des quatre seigneuries qui existaient alors En effet, à la Révolution, la paroisse de Charbuy (la paroisse étant alors la seule division administrative) était le siège de quatre seigneuries différentes : Charbuy  (fief de l’évêque d’Auxerre), Ponceau (qui dépendait pour partie du doyen du chapitre de la cathédrale d’Auxerre et pour partie d’un seigneur laïc)Vieux Champs et La Chaineau (relevant de deux seigneurs laïcs). 

  Charbuy fut longtemps une commune rurale dont les habitants vivaient essentiellement de l’agriculture. Ils cultivaient diverses céréales, de la vigne, (commercialisation sur Appoigny, Auxerre, Toucy),  du chanvre, des arbres fruitiers et des cultures maraîchères dont la production alimentait les marchés d’Auxerre ; des asperges  étaient même exportées jusqu’en Angleterre !  L’élevage était florissant : bovidés et surtout des vaches laitières ( encore près de 500 têtes dans les années 1945-1950 ; les dernières disparurent en  1991) ; des moutons, des chevaux, indispensables alors  à toute exploitation agricole ; de nombreux élevages de volailles.  

  La mutation profonde de la commune s’est accélérée depuis les années 1960, sous les mandatures des 2 derniers maires. Après Georges Horry (1947-1974) qui fut le dernier maire d’une commune à vocation essentiellement agricole, Georges Bonnerue (1974-1995 ) la fit entrer dans la modernité . Gérard Delille (1995- …) y développa tout ce qui est nécessaire pour qu’une commune vive en elle-même et ne soit pas qu’une simple  « commune-dortoir » ; tout en préservant un cadre de vie verdoyant et agréable, qui fait de Charbuy une commune où il fait bon vivre. 

   On trouve à Charbuy :
 - un ensemble scolaire de la maternelle à la fin de l'élémentaire, avec des aménagements périscolaires
 - 
une bibliothèque et une école de musique
 - 
des services médicaux
 - 
des commerces et artisans variés 
 
des  équipements sportifs, en plein air et en salle
 - une paroisse